Coraline & Pierre: La vengeance de de Jarvaux d'Arbois. Episode 34.

Aller en bas

Coraline & Pierre: La vengeance de de Jarvaux d'Arbois. Episode 34.

Message  loudé Mallorca le Mar 4 Mar - 19:16

Episode 34

Nous gravissons les marches du perron quand Cora s'arrête brutalement devant nous.
-J'ai quelque chose d'important à vous dire!, commence-t'elle. Je ne sais pas comment vous expliquer cela...
Dominique et moi nous concertons du regard, intrigués.
-Entrons toujours, propose-je. Tu peux tout aussi bien nous le dire à l'intérieur, non?.
-Bon!, soupire-t'elle. Mais vous allez être surpris!
Maria-Luisa et Pedro, le barman, avec qui j'ai noué des liens d'amitiés lors de mon précédent séjour, (Voir Coraline & Pierre ou l'amour triomphe toujours.) nous accueillent chaleureusement.
-Content de te revoir, Pierre!, m'apostrophe-t'il. Tu viens mettre un peu d'ordre dans l'asile de fous qu' est devenu cet hôtel, depuis une semaine?
-Tu crois qu'il va y arriver?, complète Maria, en le fixant sourcils levés.
Je les regarde sans comprendre.
Du coin de l'œil, je remarque que Cora leur fait un signe discret de son index posé en travers des lèvres.
Se tournant vers Dominique, Pedro incline devant elle son mètre quatre-vingt, dans une révérence très vieille France.
-Madame, je suis enchanté de faire votre connaissance! Votre fille m'a beaucoup parlé de vous, mais elle avait oublié de me préciser que vous étiez aussi jolie qu'elle...
-Merci, Monsieur Pedro, répond-elle. Vous allez me faire rougir! Je suis, moi aussi, enchantée de vous connaître...
Je suis sur le point de demander où se trouve Caroline quand je la vois passer derrière le comptoir de la réception et ouvrir la porte du bureau de Cora.
Elle ne nous accorde pas un regard...
Pire: elle semble même vouloir se dissimuler...
-Hé bien, ma fille!, fais-je en haussant le ton. Notre arrivée à l'air de te faire plaisir. Bonjour quand même!
La main sur la poignée de la porte, elle se retourne pour nous faire face et lance, plus que timidement:
-Bonjour..., en esquissant ce petit sourire qu'elle tient de sa maman et que j'aime tant.
Je m'apprête à lui faire part, plutôt vertement d'ailleurs, de ce que je pense de son accueil quand, dans mon dos, une voix familière me fait sursauter.
-Coucou, papa! Coucou, mammy! Vous avez fait bon voyage?
Je doutes de mes sens l'espace d'une seconde...
J'ai l'impression de regarder un film en sur-round! J'ai l'image devant moi et le son derrière!
Lentement, je me retourne, en même temps que Dominique qui, si j'en juge par l'expression de son visage, doit se trouver dans le même état d'esprit que le mien.
Devant nous se tient Caroline!
L'ennui, c'est que, derrière le comptoir de la réception, se tient aussi Caroline...
Nous la voyons distinctement...
Le cri de surprise que pousse Dominique me rassure sur mon état mental...
A moins que nous ne soyons victimes d'hallucinations tous les deux au même moment, nous voyons la même chose!
Je me dirige vers un des fauteuils du hall et m'y laisse tomber, jambes coupées...
-Que?..., parvins-je à articuler.
-Cela surprend, n'est-ce-pas?, me fait un Pedro hilare. Tu comprends pourquoi je te parlais d'un asile d' aliénés, à ton arrivée? Ces demoiselles nous rendent « completamente logos »! Toujours à se faire passer l'une pour l'autre!
Je suis sans voix!
Quelques clients ayant assistés à la scène me regardent sans comprendre, en souriant...
Dominique, qui s'est installée dans le fauteuil voisin du mien, interroge:
-Quelqu'un peut-il nous expliquer ce qui se passe?
-Je vous avais bien dit que vous seriez surpris!, fait Cora, avec son sourire que j'aime tant.
-Surpris? Tu veux rire? Tout va très bien! Ma fille, notre fille a une soeur jumelle et je n'en savais rien!
-Déjà qu'il m'a fallu treize ans avant de connaître ma première... Voilà qu'il y en a une seconde!
Rassure-moi?!, fais-je encore, c'est tout? Tu n'en a pas eu trois, quand même?
-Sot!, me fait Cora. Je n'en ai eu qu'une: Caroline! Magali, je l'ai trouvée...
-Trou...Trouvée? Comment « Trouvée »? En te baladant, tu l'as ramassée parterre?
-Allez, venez Maman et toi! Allons dans mon bureau; je vais vous expliquer...
-Allez vous promener dans l'hôtel les filles, ajoute-t'elle, à l'intention de Caro et Magali. Nos discussions doivent déjà vous barber, non?
Une fois installés dans son bureau, durant une heure, elle raconte...
Je l'écoute attentivement.
La pauvre petite! Ce qu'elle a vécu est tellement horrible.
Et pourtant, pense-je en même temps, Cora, ma Cora, l'a vécu aussi!
Dominique retient difficilement ses larmes: Cette histoire lui en rappelle une autre...
Que nous nous efforçons d'oublier!
-Je ne pouvais pas la laisser à Villa Luna, mon chéri! Tu me comprends?
-Et comment! Pauvre Magali! Si tu ne l'avais pas fait et connaissant son histoire, j'aurais été la chercher moi-même!, fais-je, sincère.
-Mais ce qu'il y a de vraiment étrange, continue-t'elle, c'est la façon dont elles se comportent! Elles agissent vraiment en symbiose, comme des vraies sœurs jumelles! Elles ont les mêmes goûts, dans tout les domaines, les mêmes expressions et mimiques... Elles s'habillent pareil... C'est inouï! A croire qu'elles se connaissent depuis toujours!
-Et pourtant, fais-je, d'après ce que tu m'en a dis...il n'y a aucun Champlain dans ta famille.
-A moins que...? Ce nom te dit quelque chose, Dominique?
-Non! Rien du tout!, dit-elle. Il n' y a jamais eu de Champlain ni de mon côté, ni du côté d'Hubert!
-On dit que nous avons tous notre double sur cette terre... Caroline a rencontré le sien, sans doute, fais-je, en conclusion.
-Mais, reprend Dominique. Tu ne risques pas d'ennuis avec ses vrais parents, Coraline?
-Ils ne veulent plus la voir, d'après Maria, répond-elle. En général, quand on atterrit à Villa Luna, il ne faut plus se faire trop d'illusions sur les intentions de ses parents...
Dominique a pâli sous la remarque.
-Je ne parle pas de nous!, se reprend Cora. Toi, c'est ce... ce... Et puis, ne parlons pas de lui! C'est lui faire trop d'honneur.
-Ce dont j'ai peur, reprend-je, pensif, c'est que ses vrais parents, en apprenant qu'elle est désormais dans une famille...aisée, dirons-nous, n'en profite pour tenter de nous soutirer de l'argent... Elle t'a dit où elle habitait avant Villa Luna?
-Dans la banlieue de Lille, quelque part dans le nord de la France.
-Tu sais ce que je vais faire?, demande-je. Je vais charger Marcel d'en savoir un peu plus...Je l'appellerai lundi. Avant, cela ne vaut guère la peine: Avec les fêtes de Noël...
-Bonne idée!, approuve-t'elle. En attendant, venez! Essayons de les retrouver... Elles sont dans l'hôtel, cela j'en suis sûre... Mais où?
-Si tu le me le permets Cora, fait Dominique, je vais aller au prendre un verre au bar... Je meurs de soif! L'émotion, sans doute...
-Maman!, fait Coraline, indignée. Je n'ai rien à te permettre: Tu es ici chez toi! Tu fais ce que tu veux quand tu le veux!
-Merci!, fait Dominique, timide comme une petite fille, soudain.
-A tout-à-l'heure, Dominique! On se retrouve au bar? J'offrirai l'apéro...sitôt que nous aurons retrouvés nos filles!, dis-je, en sortant du bureau, Coraline étroitement enlacée contre moi.
-Nos filles?, me fait-elle interrogative, avec son irrésistible sourire.
-Nos filles!, confirme-je, simplement.
A suivre

loudé Mallorca

Messages : 103
Date d'inscription : 16/12/2013
Age : 61
Localisation : Waterloo. Belgique

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum