Coraline & Pierre: La vengeance de de Jarvaux d'Arbois. Episode 55.

Aller en bas

Coraline & Pierre: La vengeance de de Jarvaux d'Arbois. Episode 55.

Message  loudé Mallorca le Sam 29 Mar - 21:06

Episode 55

-On doit bien avoir cela dans les stocks, fait un de ses frères. Je vais chercher dans le tas de roues...
-Et des phares supplémentaires? Ce serait bien, cela, des phares supplémentaires..., dit Jaco.
-Cela, on a que l'embarras du choix!, dit Dorian. Y a qu'à les prendre sur l'étagère: C'est la seule chose qui soit parfaitement rangée, ici: Les phares!
-Et pour la couleur?, fait soudain Max. Quelqu'un a une idée?
-J'le verrai bien rouge... Rouge pompier!, répond Marc.
-Trop voyant!, répondent les autres en chœur.
-Bleu nuit ou noir, peut-être?, lance Dorian.
Bref conciliabule entre les trois autres.
-Va pour le bleu nuit!, annoncent-ils, d'une seule voix.
-Alors... On s'y met?, fait Jaco.
-C'est parti!, lui répondent ses frères.

****

Durant les vacances du Boss, Mario et Agnièce ne sont pas restés inactifs, eux non plus.
Ils ont profité de ce que presque tout le personnel était présent lors de la petite fête de Noël pour annoncer officiellement la ré-ouverture du chalet qui avait fait tant de beaux jours autrefois; quand la société était encore américaine...
Mario, debout sur une chaise au centre de la cafétéria, avait alors lancé un appel aux éventuels volontaires pour donner un coup de main aux travaux de nettoyages et de rénovations à y faire.
Spontanément, les quinze personnes qui restaient de l'ancienne entreprise s'étaient présentées...
Le lendemain soir déjà, les travaux de remise en état débutaient dans la joie et la bonne humeur...
Ce vendredi 8 janvier, l'intérieur de leur chalet est fin prêt.
Les quinze volontaires, avec Mario et Agnièce y passent leur première soirée...
-Jamais je n'aurai cru qu'un jour, je remangerais un de tes fameux spaghetti ici!, fait Luc, un employé à la comptabilité, à un Mario heureux de se retrouver aux fourneaux de « son » chalet.
-A l'avenir!, dit Agnièce, en levant le verre de Chianti qu'elle tient à la main et qui coule à flot aujourd'hui, pour fêter leur retour en ces lieux.
-Oh! Y'a encore du boulot, les gars!, fait Mario. Mais je pense que l'on peut faire confiance au nouveau patron; il a l'air sincère!
-Suffit de voir ce qu'il a déjà fait!, surenchérit Martine, une des préposées à l'accueil. Il a rétabli les pauses... Il a fait débuter la remise en état de la piste de santé...
-A moi, dit Agnièce, il a dit que, comme il demandait toujours le maximum à son personnel, il voulait que l'on se sentent bien chez « ADP ». En ce qui me concerne, il a réussi: J'adore venir travailler, maintenant!
-Venez voir ce que j'ai prévu de faire autour de ce chalet, fait Mario, en sortant un rouleau de papier de son tube de transport.
Tous s'approchent et découvrent, émerveillés, les plans dessinés par lui.
-Ici, explique Mario, désignant l'étang, il sera partagé en deux zones distinctes: Une pour la baignade, l'autre pour la pêche.
-Et j'ai encore une autre bonne nouvelle, continue-t'il. Pour ceux qui s'en souviennent, avant que de Jarvaux ne nous interdise d'y revenir, je voulais mettre des barquettes sur le lac...
-Oui, oui! Je m'en souviens très bien!, fait un des membres de l'assistance. Et alors?
-Alors?, reprend Mario. Elles sont toujours disponibles! Nous les aurons bientôt et avec elles, deux pédalos!
-Amenez vos verres!, fait Agnièce, en se saisissant de la bouteille de chianti. Une nouvelle pareille, cela se fête!
-Mais où as-tu déniché cela?, fait Henri, le gardien.
-Un copain!, répond Mario. Il a récupéré tout cela quand le « Neptune »... Vous vous rappelez de ce parc nautique quand même?
Devant les mimiques d'ignorance de l'un et l'autre, Mario reprend:
-Peu importe! Enfin, il nous les donne! 'Faudra juste quelques volontaires pour repeindre le tout!
-Et il faudra refaire le ponton!, précise Henri, le gardien. Je m'en occuperai, si tu veux?
-OK! Bonne idée! Dès que le temps le permettra... Nous comptons sur toi!, dit Agnièce.
La soirée s'achève dans la bonne humeur générale et tous se quittent vers les minuit, non sans avoir convenu de se réunir dans le chalet une fois par semaine, à partir d'aujourd'hui.

****
Dimanche 10 janvier.
Le temps s'est remis au sec et il a l'air de faire beau, si j'en crois le coin de ciel bleu que j'aperçois par la fenêtre de la cuisine, où nous prenons nos petits déjeuners.
-Tu n'as pas envie de tester ta nouvelle voiture sur une longue distance, aujourd'hui?, demande-je à Cora. J'irai bien voir mes parents, à Pont. Il y a une éternité que je ne les ai vus, me semble-t'il.
-Et puis, reprend-je, nous devons leur présenter leur deuxième petite-fille... Ils ne sont au courant de rien, eux! Déjà qu'ils n'ont encore jamais vu la première...
-Tu me laisserais conduire jusque là?, fait Cora, les yeux ronds. Sérieusement?
-Je vais te redonner une chance, dis-je, en riant.
Le petit déj' avalé, nous nous installons tous les quatre dans la GTI noire et mettons le cap sur Pont-du-Roy, à une petite centaine de kilomètres d'ici.
Cora conduit souplement et pas une fois je n'entend les pneus hurler.
-Tu vois quand tu veux!, fais-je.
-Ouais! Mais c'est bien parce-que vous êtes avec moi! Ne compte pas sur moi pour conduire tout le temps de cette manière, me répond-elle, en accélérant un peu pour dépasser un camion.
Caroline et Magali, assises à l'arrière, me posent mille et une questions sur mes parents; après tout, ils ne sont jamais vus et elles sont un peu inquiètes à l'idée de ce premier contact.
-Tout se passera bien, les filles!, les rassure Coraline. Ils sont très gentils, complète-t'elle. Ils seront fous de joie de vous rencontrer.
-Ah, cela, continue-je, cela ne fait aucun doute! Combien de fois ne m'ont-ils pas fait le reproche de ne pas avoir de petits-enfants..., dis-je, rêveur.
-Et d'être encore célibataire, à ton âge, non?, fait Coraline, ingénument.
-Comment sais-tu cela, toi?, lui demande-je.
-Oh, petits-enfants mis à part, c'est le reproche que me faisaient les grands patrons de la chaine hôtelière...
Puis, singeant la voix chevrotante d'un de ses supérieurs:
-Mademoiselle De Jarre! Je ne comprend pas: Une jolie personne comme vous! Encore célibataire, à votre âge...
Ce qui fait beaucoup rire nos filles!
-Peut-être avait-il des vues sur toi, mon coeur?, fais-je, sérieusement.
-Il y a de fortes chances, en effet! J'aurai peut-être accepté... Qui sait? Si seulement il avait eu quarante ans de moins!, achève-t'elle, en riant.
Nous arrivons déjà à la bretelle d'autoroute menant tout droit à Pont-du-Roy. Cora s'y engage.
-Nous allons directement chez tes parents ou nous visitons un peu avant?, me demande ma moitié.
-Nous devrions peut-être montrer un peu la région aux filles avant. Il sera très difficile de les quitter une fois arrivés chez eux, dis-je.
-Hé bien, allons-y, alors!, fait Cora, en s'engageant sans hésitation dans une route étroite, à notre gauche.
Elle s'arrête presque immédiatement et nous restons quelques instants immobiles, submergés par une émotion que nos filles ne peuvent comprendre...
Nous sommes à l'arrêt, dans un clos privé qui compte trois grosses luxueuses maisons seulement.

A suivre

loudé Mallorca

Messages : 103
Date d'inscription : 16/12/2013
Age : 61
Localisation : Waterloo. Belgique

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum