Coraline & Pierre: La vengeance de de Jarvaux d'Arbois. Episode 77.

Aller en bas

Coraline & Pierre: La vengeance de de Jarvaux d'Arbois. Episode 77.

Message  loudé Mallorca le Sam 26 Avr - 19:54

Episode 77

Brutalement tirées d'un sommeil agité, elles tournent la tête vers le haut-parleur...
-On a réfléchit à ma petite proposition?, continue Dorian. C'est quand vous voulez! Vous pouvez commencer tout-de-suite...Si vous avez faim, bien sûr!
Devant les mêmes doigts tendus que la veille, il a un brusque accès de rage:
-On verra combien de temps vous tiendrez, fait-il, d'une voix mauvaise. J'ai tout mon temps!
Puis, refermant les portes de la pharmacie malgré les protestations de ses frères, il leur lance, sèchement.
-Vous vous êtes assez rincés l'œil pour ce matin! Y'a encore du boulot! Il nous en reste une à ramener ici; ne l'oubliez pas!
-Jaco! Max!, aboie-t'il, vous connaissez l'école, maintenant! Vous vous en chargez?
-Faudra bien!, soupire Max.
-Pensez au pognon, les gars! Dans maximum un mois, nous serons loin...et riches!
-On s'y prends comme avec la première?, interroge encore Max.
-Mais oui! Cela a parfaitement fonctionné, non?, répond Dorian, un peu calmé. Vous partirez vers quatorze heures...
-Avec la Peugeot toujours? Si quelqu'un a remarqué quelque chose hier, c'est pas un peu dangereux?, interroge Jaco.
-Justement non!, explique Dorian. Si, par hasard, quelqu'un a remarqué quelque chose, il ne va jamais croire que vous aurez l'aplomb de revenir aujourd'hui, avec la même voiture... Et pour faire exactement la même chose, en plus!

****

Treize heures cinquante. Au volant de la puissante Classe S, j'ai couvert la distance Waterloo/Grand-Sart en à peine plus de 25 minutes.
-Ralenti, Pierre! C'est juste avant le passage le niveau que tu vois là, me dit Marcel. Fais une passe « à blanc » devant l'entrée pour que l'on voit ce qui s'y passe!
Tout en parlant, il a ouvert le vide-poche de sa voiture et en extirpe un Colt spécial police, à canon court qu'il glisse dans la poche de son pantalon.
-Aux grands maux, les grands remèdes!, fait-il laconique. Ce ne sont pas enfants de chœur!
In-petto et bien que je soit un grand adepte de la non-violence (Tant que cela reste possible!), je lui donne raison: Aux grands maux les grands remèdes!
En une fraction de seconde me remontent à l'esprit les événements survenus ces derniers mois.
Le viol de Dominique? C'est eux! Ma voiture partie en fumée? Encore eux! La tentative d'incendie sur le garage de Cédric ou l'agression commise sur mon père? Toujours eux!
Et maintenant, l'enlèvement et la séquestration de ce qui est toute ma vie!
De ce que j'ai de plus cher et que j'ai attendu si longtemps...
Plus ce que j'oublie...
L'addition est lourde, Messieurs! Très lourde! Vous allez payer!
Même s'ils ont été télécommandés par de Jarvaux, je leurs voue une haine féroce! Viscérale!
-Rien n'a l'air de bouger!, dit Marcel. On va y aller à pied. Gare-toi ici, continue-t'il. Je vais vous faire le topo des lieux, achève-t'il, en sortant du même vide-poche une feuille de papier et un crayon.
Nous descendons tous les quatre de la voiture...
Marcel, penchez sur le capot, nous renseigne à force croquis sur les endroits utiles à visiter...
Si on nous en laisse l'occasion...
-Ici, l'entrée et là, dans le fond, dit-il, c'est leur caravane... C'est là qu'il vivent...A droite, a peu près au milieu du terrain, un hangar... Bien que j'y soit entré hier, je n'y ai rien remarqué d'anormal, mais, plus j'y réfléchis, plus je me dis que c'est le seul endroit où ils ont pu cacher ta femme et ta gamine, Pierre! C'est le seul bâtiment en dur de cette casse...
-Ici, reprend-il, le bureau, à 20 mètres de l'entrée... Il va falloir rentrer discrètement, chacun à tour de rôle et directement aller se planquer parmi les épaves si on veut les surprendre...
-Ils ne nous attendent pas, mais ils doivent sur leurs gardes...
Surtout s'ils détiennent les filles prisonnières ici...
Si elles ne sont pas ici, Marcel, pense-je, je jure que je leur ferai cracher l'endroit où elles se trouvent! Même si je dois leurs casser les os un à un à main nue!
-Vous est prêts, Messieurs?, interroge encore Marcel. J'oubliais une chose: Le chien!
-Sauf en cas d'extrême nécessité, dit le « petit » Michel, j'aimerai que l'on ne lui fasse pas de mal; il n'y est pour rien, lui! Dans la mesure du possible, tâchons de le boucler dans l'une ou l'autre épave s'il attaque!
Cette mise au point effectuée, nous nous dirigeons lentement vers la casse « Durion et frères »...
Je bous littéralement de rage contenue! J'en tremble de haine, je crois!
Ce n'est pas le moment, Pierre!, tente-je de me raisonner.
Je m'efforce de respirer lentement, le plus calmement possible, tandis que je vois Cédric se glisser furtivement à l'intérieur de la propriété Durion.
J'y pénètre à mon tour, en longeant de près le mur d'enceinte, plié en deux pour éviter que quelqu'un ne puisse me remarquer depuis le bureau...
Vient ensuite Michel...
Nous nous sommes dispersés, mais en restant chacun à portée de voix et de regard les uns des autres.
Nous progressons silencieusement parmi les épaves plus ou moins déglinguées.
Je cesse net ma progression: Devant moi, entre deux piles de carcasses, la GTI de Cora!
Elle est partiellement démontée, mais je la reconnais grâce à ses sièges spécifiques et à sa double sortie d'échappement.
A sa vue, ma rage décuple et je suis à deux doigts de me précipiter sur le hangar, à quelques quinze mètres devant moi.
Si vous avez osé seulement poser la main sur une des deux..., me dis-je, je vous tue! Tous autant que vous êtes! Je le jure!
C'est alors que Marcel fait un truc fou: Au lieu de rentrer dans la casse comme nous, sans se faire repérer et en longeant les murs, il se présente devant le bureau, dans l'espace dégagé et lance d'une voix forte:
-Y'a quelqu'un?
Du coin de l'oeil, j'aperçois Cédric et Michel qui se figent...Tout comme moi!
Quelle mouche le pique?
Du hangar sort un type pas très grand mais bien bâti, un bonnet de laine enfoncé au raz des sourcils et un chien sur les talons:
-Qu'est-ce que vous voulez?
-Oh!, fait Marcel, en prenant l'air apeuré. Enfermez votre chien, voulez-vous? J'ai une peur bleue des chiens!
Bien joué, Marcel!, me dis-je. Voyons si cette crapule mord à l'hameçon...
Non seulement il y mord... Mais il avale l'hameçon entier!
Et la ligne avec, puisqu'il s'en va enfermer le clebs dans le chalet-bureau...
-Voilà!, dit-il en revenant vers un Marcel qui a toujours l'air terrorisé. Qu'est-ce vous v'lez?
Quand il juge son interlocuteur suffisamment près, l'expression du visage de Marcel change du tout au tout!
-Beaucoup de choses, mon gars! Beaucoup de choses! Et la première: Tu vas me rendre les filles!
La réaction du démolisseur automobile n'est pas vraiment celle qu'attendait Marcel: Il semble se ramasser sur lui même et veut se jeter sur lui.
L'éclat bleuté du canon du neuf millimètres qui vient d'apparaître dans la main droite de Marcel l'en dissuade subitement...

A suivre

loudé Mallorca

Messages : 103
Date d'inscription : 16/12/2013
Age : 60
Localisation : Waterloo. Belgique

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum